La tarte flambée maritime

décembre 2016 | Voyage

Cap à l’Ouest toute. À près de mille kilomètres de Strasbourg, un couple de restaurateurs fait vivre la flammekueche à l’heure bretonne, à deux pas des premiers bassins du port de Lorient.

Kaine, le Malouin, et Brigitte Palleau, l’Alsacienne, ne sont pas du tout des inconnus pour qui aime les fruits de mer et le poisson. Ils ont tenu pendant longtemps la Taverne de Saint Malo, à Schiltigheim, qu’ils avaient transformée en haut lieu de la gastronomie de la mer. Taverne qu’ils ont finalement laissée solidement amarrée en terre alsacienne pour jeter l’ancre dans le Morbihan. Là, ils ont ouvert il y a trois ans L’Alsace à Quai, un établissement né du mariage des deux cultures culinaires, la bretonne et l’alsacienne.

La tarte flambée surtout pour l’apéro

Entre la choucroute, le baekoffe et des spécialités de poissons, la tarte flambée s’est fait une petite place au chaud sur la carte du restaurant, sans y occuper toutefois une position centrale. Les trois quarts des flamms sont consommées au moment de l’apéro. D’ailleurs, le patron apporte automatiquement sur la table la flammekueche prédécoupée sur la base d’un quadrillage plutôt serré.

La tarte flambée plaît bien aux gens. Ici, on aime les choses à partager“, commente le Kaine Palleau. C’est tellement vrai qu’il a, par exemple, d’ores et déjà reçu une commande de 150 flamms à livrer pour un mariage, juste pour l’apéritif.

Lors du dernier festival interceltique, le grand rendez-vous lorientais de la “celtitude” du beau milieu de l’été, la tarte flambée a obtenu un vif succès au stand de l’Alsace à Quai. Preuve de l’adaptation quasi naturelle de la tarte flambée aux binious et bombardes.

La flamm s’acclimate

Les patrons de l’Alsace à Quai ont dû s’adapter aux goûts locaux,  en musclant notamment la garniture des tartes flambées pour satisfaire les clients, habitués aux quantités façon pizza.  “On s’était fait allumé dans des critiques sur le net parce qu’il n’y avait pas assez de lardons sur nos tartes flambées“, sourient les époux Palleau qui ont donc eu la main plus lourdes avec les lardons.

Même si les Bretons ont du mal à la manger avec les mains, qu’à l’évocation d’une “tarte flambée”, leurs yeux s’écarquillent pour singer le poisson frit, eux qui la connaissent presque exclusivement sour la dénomination de “flammekueche”, ils la découvrent et l’apprécient.

“L’Alsace fait rêver en Bretagne, elle y est très respectée. Les Bretons l’adorent.

Finalement, il n’y a que la France qui séparent nos deux régions.”

Kaine Palleau

Certes, les prix des flamms lorientaises s’éloignent des prix alsaciens : la normale y est tarifée à 11,50 euros. Les patrons tiennent à la qualité de leurs produits. L’Alsace à Quai fait en effet venir d’Alsace ses fonds de tarte flambée, de Fribourg en Suisse son gruyère. Son munster est fermier et ses lardons ont été sélectionnés avec grand soin dans des morceaux de lard paysan. Pour les fêtes, place à la tarte flambée aux escargots de l’île de Groix, à quelques encablures de l’embouchure de la rade : “Ce sont les meilleurs: ils sont frais“.

L’Alsace avec eux

Eux-mêmes ne dérogent pas à la règle des amoureux de la flamm, qui veut qu’on ne chipote pas sur les (nombreuses) fois où l’on en mange. Ainsi, ils en consomment une à deux fois par semaine. Qui a dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés ? “Nous adorons la tarte flambée. Ainsi, nous avons l’Alsace avec nous“.

Même constat à une table près de l’entrée du restaurant, où une famille alsacienne installée en Bretagne déguste de la tarte flambée : “On se sent à Strasbourg“.

Et Brigitte Palleau de se souvenir avec émotion : “C’est toute mon enfance ! Quand j’étais petite, ma mère travaillait dans un restaurant en tant qu’extra. Le dimanche matin, nous dégustions la tarte flambée roulée qu’elle nous avait rapportée de la veille.

L’Alsace à Quai a su trouver sa vitesse de croisière en familiarisant les Bretons à la gastronomie alsacienne. Mission plutôt aisée quand on écoute Kaine Palleau parlant de  la façon dont les Bretons perçoivent l’Alsace, entre rêve et adoration.

Le restaurant et ses patrons, forts de leur expérience et de leur amour du terroir, ont donc réussi à faire apprécier la tarte flambée et restent persuadés que c’est une idée de restaurant qui aurait le vent en poupe en Bretagne.

6 Commentaires

  1. adda

    Le meilleur restaurant de Lorient Bravo à Brigitte et Kaine et à toute l équipe

    Réponse
  2. Anne-Sophie de Strasbourg

    cool ca, la tarte flambée en bretagne.

    Réponse
  3. Hugues

    Très bien ce resto, j’y étais pendant mes vacances dans le Morbihan. Je conseille : patrons très gentils et cuisine très bonne. Et le décor est très soigné.

    Réponse
  4. Sondej marie line

    Moi qui aime autant les spécialités culinaires alsaciennes que bretonne j’ai pris grand plaisir à lire cet article. Découvrir une bonne adresse, le savoir faire, et l’appropriation de notre tarte flambée de ces deux restaurateurs que l’on devine sympathiques…. j’ai hâte de découvrir les prochains articles.

    Réponse
  5. Jean-François

    ça fait tout drôle de découvrir notre Flamm en Bretagne. Mais on est très fier que nos amis bretons découvrent et partagent !!! Un jour, j’irai en Bretagne, je ferai le touriste, découvrirai leurs spécialités culinaires, leurs musées, leurs paysages etc etc etc et à un moment, l’appel de l’Alsace se rappellera à moi. Je sais maintenant chez qui aller. Bravo Brigitte et Kaine

    Réponse
  6. isabelle niewenhuijse

    Ça me semble vraiment chouette. Moi l’Alsacienne qui vit au Pays-Bas, je vais y aller lors de mes vacances en Bretagne. D’ici quelques jours. Miam miam !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Aller plus loin
Filter by
Post Page
Recherche
Sort by

Send this to a friend