S’enraciner 

À l’heure où tout s’accélère, prendre le temps de faire honneur à un met du terroir, tel que la tarte flambée, n’est pas forcément un luxe. Elle n’a d’ailleurs pas de quoi rougir à côté de sa concitoyenne choucroute, et de son cousin baekoffe, dans la galerie des saveurs emblématiques régionales.

La flammekueche a ses pieds bien enracinés dans ce sol qu’il l’a vue pousser. Son dynamisme ne se dément pas, preuve que l’enracinement ne nuit pas au développement et à la modernité.

Elle continue de s’adapter aux évolutions en matière de goût et d’habitudes alimentaires, tout en conservant contre vents et marées le petit truc qui la distingue, ce quelque chose d’unique entre convivialité, goût des choses simples, abordables et populaire.